TAGAST IN IMAWALANE
PROJETS
ACCUEIL
RÉALISATIONS
PROJETS
CONTACT
RÉALISATIONS
CONTACT
Sauvegarde des Éleveurs Nomades
BULLETINS
En 2003 : L'asbl Tagast In Imawalane est créée à Rixensart dans le but d'aider les populations nomades du Sud-Ténéré, au Niger. Dès cette année des biens et fonds de roulement sont mis à la disposition des 8 tribus vivant de l'élevage des chameaux.
Il n'existe alors que le puits permanent et cimenté de 1917 (37 m. de profondeur). Ce puits est le point d'attache commun des 8 tribus.
Tagast fait construire le magasin et la boutique (en banco). Elle envoie aussi un 4x4 pour les desservir.

En 2004 : L'Etat met en place un forage (60 m. de profondeur) et ses abreuvoirs et fait foncer un 2ème puits maçonné.

En 2005 : Les 8 tribus s'organisent en une coopérative : Ekèw (Racine) afin de mieux coordonner leurs demandes et la gestion des biens communs. Depuis lors l'asbl et la coopérative travaillent de concert.
Tagast envoie un camion 7 tonnes. La coopérative Ekèw (Racine) s'organise pour gérer un fonds social de commercialisation du bétail, donné par Tagast.

En 2007 : Tagast fait construire l'entrepôt vétérinaire (en banco) et engage un vétérinaire Touareg. L'Etat fait construire une case-santé (en matériaux définitifs.

En 2008 : Une école primaire communautaire (c'est-à-dire gérée par la coopérative) est créée.
L'école n'est pas subsidiée. Mais elle est agréée et inspectée par l'Etat, cela apporte la garantie de reconnaissance des diplômes de fin d'étude.
Tagast s'engage à financer la construction de toute l'école, classe par classe, ainsi que les dortoirs de l'internat.
Cette année, construction d'une 1ère classe et 2 dortoirs (filles et garçons) en matériaux définitifs. Déjà 70 enfants sont scolarisés et vivent en internat sur le site de l'école.

En 2009 : Construction d'une 2ème classe et 2 dortoirs (en matériaux définitifs) ainsi qu'une cuisine (en banco).
Le magasin et la boutique abimés par les intempéries sont reconstruits par la coopérative Ekèw.

En 2010 : Construction de la 3ème classe (en matériaux définitifs) et d'un mur d'enceinte (en banco) autour de l'espace-école : 100 m x 100 m.
Achat de 2 moulins (un moulin à moudre et un moulin à vanner pour alléger leur travail des cuisinières de l'école qui jusque-là pilent le mil au pilon et mortier.

En 2011 : Construction de la 4ème classe et du 3ème dortoir en juillet 2011 avant la rentrée scolaire 2011-2012. Cette année, l'école compte 115 enfants (filles et garçons) tous internes.

En 2012 : Construction de la 5ème classe et du 4ème dortoir.

En 2013 : Construction de la 6ème classe. L'école primaire communautaire avec ses 6 classes est maintenant achevée.
Tagast finance également 2 x 8 blocs sanitaires, des douches et toilettes pour filles et garçons (165 enfants). Un mur d'enceinte est bâti autour des dortoirs de filles.
Pour alimenter l'école et l'internat en eau potable, une citerne extérieure de 200 litres est installée. Elle est raccordement directement au forage.

En 2014 : Des pluies torrentielles qui se sont abattues sur le site en 2013, emportant une partie du mur d'enceinte. Considérant que cela pourrait recommencer, Tagast finance et fait construire un réseau de digues en gabions de 1,5 km pour protéger les bâtiments de l'école et canaliser les pluies. Ces digues doivent être consolidées par des plantations.

En 2015 : en juillet, 400 arbres (des neems) sont plantés en quinconce de part et d'autre des gabions afin de les consolider. Mais comme les gabions n'ont encore que 6 mois d'existence, leur efficacité est encore loin d'avoir atteint son maximum. Maintenir en état les infrastructures en place est un très gros travail.

En 2015 et 2016 : Déjà l'école primaire du désert était, pour les enfants comme pour les parents, une nouveauté, aucun des parents n'y étant jamais allé. Aux yeux des parents l'entrée au collège est la raison d'être principale de l'école primaire.
Parmi les enfants sortis de primaire, quelques-uns n'ont aucune famille pouvant les héberger pendant leurs études secondaires. Ils sont inscrits au collège à Zinder à 300 km au sud d'Ib'Dnaza. Pour subvenir aux dépenses de scolarité et de logement de ces collégiens, l'asbl Tagast met en place un parrainage collectif.


Depuis 2003, Ib'Dnaza ressemble de plus en plus à un embryon de village où les nomades viennent par moments planter leur tente. Il ne faudrait surtout pas en conclure que les populations pastorales deviennent sédentaires, ni que ce serait souhaitable ou inéluctable.

Bien que le centre administratif de la commune (1 fois ½ la surface de la Belgique) soit à Tenhiya à 150 km à l'est, c'est Ib'Dnaza qui est maintenant le pôle d'attraction de cette zone pastorale du Sud-Ténéré. La boutique de la coopérative Ekèw, l'école primaire et son internat, la présence permanente des instituteurs et du personnel à l'école, le forage, les nouveaux abreuvoirs et le 2ème puits ont apportés une amélioration notoire dans les habitudes de vie des populations vivant exclusivement de l'élevage (chameaux, chèvres, moutons).

Simplement il semble qu'Ib'Dnaza devient de plus en plus un centre de rassemblement des nomades. Il l'est depuis longtemps grâce à l'ancien puits. Mais maintenant on peut non seulement y abreuver son troupeau mais aussi y faire ses provisions, y vendre un animal, venir voir ses enfants à l'école, y rencontrer des amis et des parents.
En bref, réalisations d'année en année à Ib'Dnaza
Evolution du site d'Ib'Dnaza